Legrand Legrand

Le social business, nouveau modèle économique ?

Elaboré notamment avec les premières initiatives de microcrédit initiées par la Grameen Bank du prix nobel de la paix Muhammad Yunus, le concept de social business trace une troisième voie entre économie de marché et prise en charge par l’Etat. Sans se substituer à ce dernier, cette idée de nouveau modèle économique entend compléter l’action publique et l’économie traditionnelle par l’intelligence économique tout en satisfaisant les attentes des millions de clients potentiels du «bottom of the pyramid».

Les trois piliers de ce modèle économique

social business

Le social business ou économie sociale, repose sur trois présupposés dépassant la seule responsabilité sociale des entreprises, qui ne répond qu’à un des aspects d’une entreprise sociale.
Une entreprise sociale suppose donc :
- un projet économique viable : il s’agit bel et bien d’une entreprise, qui doit créer de la richesse pour innover, rétribuer le travail et le capital investi, investir et remplir son objet social.
- une utilité sociale ou environnementale : sa mission est d’atteindre, à travers son activité économique, un objectif social, sociétal ou environnemental. Soit par le recrutement de ses collaborateurs (personnes en insertion, handicapés, chômeurs…), ses méthodes de production (favoriser le travail équitable, production éthique ou respectueuse de l’environnement) et ses clients (clients pauvres ou peu solvables…)
- une gouvernance participative, intégrant des représentants des parties prenantes (salariés, collectivités, fournisseurs, usagers…)

Du microcrédit à l’implication des multinationales

entreprise sociale

Devant les succès des initiatives pionnières comme la Grameen Bank, l’économie sociale commence à intéresser de grandes entreprises internationales. Le projet pilote mené par Veolia au Bangladesh, qui vise à apporter de l’eau potable aux millions de personnes actuellement empoisonnées par de l’eau polluée à l’arsenic, comporte deux volets. Dans son volet «humanitaire», l’eau potable est fournie gratuitement à des villages qui n’y auraient pas accès autrement. Dans son volet économique, cette même eau assainie est vendue en bonbonnes à un prix raisonnable à une population citadine en mesure de l’acheter, qui finance du même coup l’opération. Danone suit un modèle similaire à travers un projet de développement local au Bangladesh, au Sénégal et au Cambodge local pour favoriser l’emploi et combattre la malnutrition.
 

Electricity for All

LEGRAND
Electricity for All

En savoir +

électricité spécifique

électricité spécifique

Accéder