Legrand Legrand

Mise en place des moyens et politiques pour éviter les risques liés à la corruption passive ou active, à la concurrence déloyale, aux mécanismes d'influence de l'entreprise et des responsabilités de ses membres dirigeants (lobbying), à la fraude, et aux règles régissant les embargos.
 
Mise en place de dispositifs encadrant l'engagement de l'organisation dans un processus politique ou de revendication publique au sens large afin de prévenir des comportements tels que manipulation, intimidation et coercition, qui peuvent porter préjudice au débat public et à l’organisation
 
Mise en œuvre de politique et de mesures qui permettent de garantir la protection des données personnelles et le respect de la vie privée des utilisateurs, clients et salariés, et politique d’usage des données transparente et raisonnée.
 
Les droits de propriété couvrent la propriété tant physique qu’intellectuelle et englobent les droits fonciers et autres avoirs physiques, les droits d’auteur, les brevets, les droits moraux et autres. Ils s’étendent également aux droits qui peuvent ne pas être reconnus par la loi, tels que le savoir traditionnel de groupes spécifiques (des populations indigènes, par exemple) ou la propriété intellectuelle d’employés et autres personnes.
 
Ensemble des acquis qui permettent d'assurer un socle de protection sociale, de rémunérations et d'avantages minimal et équilibré sur l'ensemble des pays par rapport aux niveaux de vie locaux, dans une logique d'équité
 
L'emploi est étroitement lié au développement économique : en créant de l'emploi, l'organisation peut contribuer à la réduction de la pauvreté et à la promotion du développement économique. 
 
Le développement des compétences est une composante essentielle de la promotion de l’emploi et de l’aide apportée aux personnes pour non seulement garantir un travail décent et productif, mais aussi élargir les choix en développant l'employabilité des personnes.
 
L'organisation œuvre contre toute forme de discrimination en termes de recrutement et d’évolution, s’engage notamment pour la diversité, l’équité de traitement des personnes, ainsi que l’intégration et le maintien dans l’emploi des personnes en situation de handicap.
 
L'organisation prend des mesures pour la prévention des accidents liés ç la sécurité et à la santé dus à l’environnement de travail tout en favorisant le bien-être physique, moral et social des employés.
 
Mise en place de dispositifs permettant d'instaurer un dialogue constructif entre la direction et les collaborateurs, qui assurent la représentation des différentes catégories de salariés pour la négociation, la consultation et les échanges sur les sujets d'intérêt commun.
 
Les relations manager/collaborateur confèrent des droits et imposent des obligations tant aux managers qu’aux collaborateurs, dans l’intérêt de l'organisation et de la société. L'organisation veille au respect des aspects réglementaires ainsi qu'à assurer le climat et les règles de relations et des conditions de travail équitables.
 
Dans l'acception de sa responsabilité sociétale, l'organisation étudie les impacts réels et éventuellement négatifs de ses activités et elle les gère dans le but de réduire le plus possible ou d’éliminer le risque de préjudice social ou de dommage environnemental. Dans le cas où des cas d'alerte seraient remontés à l'organisation, elle met en œuvre des processus en vue de protéger les salariés ou plus généralement toute partie prenante à l'initiative de l'alerte.
 
L’organisation met en place des processus pour que les parties prenantes internes comme externes puissent entrer en contact et notifier tout faits ou actes nécessitant son attention et son action si besoin.
 
L’Organisation internationale du travail (OIT) a identifié et désigné des droits fondamentaux au travail que l’organisation met en œuvre. Il s’agit des droits suivants : la liberté d’association et la reconnaissance effective du droit aux négociations collectives; l’élimination de toutes les formes de travail forcé ou obligatoire ; l’abolition effective du travail des enfants ; et l’élimination de toute discrimination en matière d’emploi et de profession.
 
L'organisation met en œuvre une organisation interne et des processus destinés à cadrer la manière dont elle est dirigée, administrée, et contrôlée pour assurer que la performance financière et extra-financière, la stratégie globale et la maîtrise des risques sont intégrés, optimisés et transparents pour assurer la durabilité de l'activité pour l’ensemble des parties prenantes.  
 
L'organisation reconnaît la valeur de la communauté, identifie ses parties prenantes au sein de cette communauté et établit les moyens de dialogue, vient en soutien aux actions locales partant du principe que l'organisation et les acteurs de la communauté ont des intérêts communs. L'organisation peut influencer d'autres organisations en prenant ses décisions le long de la chaîne de valeur, ainsi qu'en promouvant à une plus grande échelle la notion de comportement responsable.
 
L'organisation met en place des moyens permettant l’accès à la culture, au savoir et à l’éducation pour que toute personne développe son potentiel et contribue à la société.
 
Par services essentiels ou services de base, on entend les services vitaux, indispensables à une vie digne et décente, élément fondamental de la lutte contre la pauvreté : l'accès à l’eau potable, à l’énergie, aux soins, à la possibilité d'effectuer des déplacements quotidiens, communiquer ou s’informer, à bénéficier des services environnementaux d’assainissement.
Dans sa sphère d’influence (employés, clients, fournisseurs, territoires, etc.) l’organisation s’investit dans l’accès à ces services essentiels et notamment en ce qui concerne l’accès à l’énergie, proche de son cœur de métier.
 
L'organisation met en place des processus permettant de soutenir par exemple la création d'entreprise, assurer la juste répartition des bénéfices de l’activité économique (sous la forme de taxes, salaires et profits, par exemple) afin de permettre aux gouvernements de générer des revenus permettant de traiter les questions cruciales de développement.
 
L'organisation met en œuvre des bonnes pratiques en matière de marketing, de fourniture d'informations concrètes,  non biaisées et de contrats. Elle donne des informations sur les produits et services d’une manière transparente et compréhensible aux consommateurs leur permettant la prise de décisions avisées.
 
L'organisation établit des règles permettant la protection de la santé et de la sécurité des consommateurs. Cela implique : la fourniture de produits et services sûrs et ne présentant aucun risque inacceptable de dommage lorsqu'ils sont installés et utilisés comme prescrit ou indiqué ou lorsqu'ils font l'objet d'un mauvais usage prévisible, et la formation des installateurs par exemple des dits produits.
 
L'organisation met en œuvre des initiatives en matière d'éducation et de sensibilisation permettant aux consommateurs d'être bien informés, conscients de leurs droits et de leurs responsabilités, pour qu’ils puissent prendre des décisions d'achat en connaissance de cause et consommer de manière responsable.
 
La consommation durable correspond à un taux de consommation des produits et ressources compatibles avec le développement durable. Le concept est celui du Principe 8 de la Déclaration de Rio sur l'Environnement et le Développement qui stipule que, afin de parvenir à un développement durable et à une meilleure qualité de vie pour tous les peuples, les Etats devraient réduire et éliminer les modes de production et de consommation non viables.
L'organisation met en œuvre une stratégie permettant aux produits et aux services qu'elle propose, aux processus de production et à la nature des informations qu'elle fournit aux consommateurs d'être en adéquation avec une consommation durable.
 
L'organisation met en place des processus d’achats qui assurent une relation équilibrée avec les fournisseurs et qui intègrent des exigences et des critères en faveur de la protection et de la mise en valeur de l'environnement, du progrès social et du développement économique.
 
Les technologies de l’information et de la communication caractérisent la majorité de la vie contemporaine et constituent une base valable pour de nombreuses activités économiques. L'organisation peut apporter sa contribution à l’amélioration de l’accès à ces technologies par l’offre de produits, la formation, des partenariats et autres actions.
 
Pour traiter les besoins des consommateurs après l'achat des produits ou la prestation de services l'organisation assure le service après-vente, l'assistance et la résolution des réclamations et litiges.
 
L'organisation repense continuellement son positionnement et traduit dans sa stratégie la prise en compte des mégatendances qui touchent son domaine d'activité, particulièrement au travers de partenariats stratégiques pour stimuler l'innovation technologique.
 
La contrefaçon, quelle que soit la forme qu’elle revêt, constitue une atteinte grave portée à un droit de propriété intellectuelle détenu par l'organisation. Les conséquences de la contrefaçon peuvent être lourdes en termes d’image de marque sur l’authenticité des produits, l'exposition au risque des utilisateurs de produits contrefaits, de pertes de parts de marché, etc. L'organisation met en œuvre des processus permettant d'identifier, de remédier et d’informer sur la contrefaçon.
 
L'organisation met en place un dialogue ouvert, transparent et continu avec les parties prenantes (clients, fournisseurs, élus, …) afin de prendre en compte leurs besoins et attentes en termes de politiques, programmes ou encore stratégie d'entreprise.
 
L'organisation acte que les émissions de gaz à effet de serre (GES) dues aux activités humaines sont la cause la plus probable du changement climatique global avec des conséquences sur l'environnement et les activités humaines. Elle s’engage ainsi à en atténuer les effets en mettant en œuvre les moyens adaptés.
 
Ensemble des actions et transformations qui permettent de poursuivre la création de valeur pour les différents acteurs économiques (dont les consommateurs finaux), tout en limitant les externalités négatives ainsi que la consommation des ressources (eau, matières premières, etc.). L'organisation met en œuvre des processus permettant de réduire la consommation de ressources et l’optimisation de la gestion des déchets.
 
L'organisation améliore ses performances environnementales en empêchant une pollution, par exemple les émissions dans l'air, les décharges dans l'eau, la production de déchets, la contamination de la terre et des sols, l'emploi et la mise au rebut de produits chimiques toxiques et dangereux et autres sources de pollution générées par ses activités et celle de ses fournisseurs et sous-traitants, produits et services.
 
La demande mondiale toujours plus grande en ressources naturelles a entraîné une perte considérable et souvent irréversible de l'habitat et de la biodiversité sur la Terre ces 50 dernières années. L'organisation peut agir en faveur de la protection et de la réhabilitation de l'environnement naturel et de ses écosystèmes.